Web
Analytics Made Easy - StatCounter
Jump to Navigation

Une meilleure gouvernance dans la gestion administrative des fonctionnaires

En date du 27 juillet 2011, dans les enceintes de l’ENA, la Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale, Honorable Annonciata SENDAZIRASA, en compagnie de son homologue de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation, Monsieur Séverin BUZINGO, a lancé les travaux qui ont réuni les hauts cadres des deux ministères autour d’un objectif commun à savoir « Une meilleure gouvernance dans la gestion administrative des fonctionnaires » en général, et des fonctionnaires enseignants en particulier.

Le Ministère ayant en charge l’Enseignement de Base et Secondaire a été ciblé car il comprend 77% des effectifs de l’administration publique burundaise, et c’est le secteur qui connaît le plus de mouvements dans leurs carrières.

A l’attention des participants, il a été fait observé qu’une meilleure gouvernance dans la gestion administrative des fonctionnaires doit se traduire par un meilleur service rendu aux usagers, et cela ne sera possible que quand il sera mis fin aux lenteurs administratives observées de part et d’autre.

Après le lancement des travaux, les hauts cadres des deux ministères ont continué leurs travaux en échangeant autour de trois thématiques en rapport avec la gestion des fonctionnaires, en l’occurrence le recrutement, la carrière et la gestion des traitements.

A l’issue de ces travaux, il est sorti entre autres les recommandations suivantes :

1. Clarifier et compléter les textes d’application du Statut Général Fonctionnaires et les faire respecter scrupuleusement.

2. Traiter les dossiers administratifs avec rapidité et fermeté.

3. Mener une communication interministérielle saine et des campagnes de sensibilisation et/ou d’information sur les procédures administratives.

4. Sanctionner les fonctionnaires qui se rendent coupables de manquements graves et les représentants de l’administration qui sont à l’origine de malversations et de perception de traitements indus et leurs complices.

5. Sévir contre les faux et usages de faux documents en mettant en place des mécanismes permettant d’assurer un bon suivi administratif et judiciaire de tous les cas irréguliers.

6. Respecter le plan de recrutement.

7. User de transparence et de rigueur dans les recrutements, notamment en faisant passer des concours.

8. Faire preuve de vigilance lors de la réception des nouveaux dossiers par un contrôle rigoureux pour s’assurer qu’ils sont complets et comportent des documents authentiques.

Il va sans dire que la mise en application de ces recommandations nécessitera un environnement favorable et des outils de travail performants, notamment informatiques.



Main menu 2

Article | by Dr. Radut