Web
Analytics Made Easy - StatCounter
Jump to Navigation

Réunion de la Ministre de la Fonction Publique avec les syndicalistes

Les réformes de l’administration publique vont bon train

« Il faut parler de la politique salariale et non de l’harmonisation des salaires, la question des impôts pourrait être étudiée au niveau du Conseil national du travail et le régime de l’ONPR est meilleur par rapport à celui de l’INSS dans la mesure où le premier s’ajuste d’année en année ». Telles sont quelques unes des précisions apportées par la ministre de la Fonction publique, Annonciate Sendazirasa au cours de cette réunion.

La ministre de la Fonction publique, Annonciata Sendazirasa, a rencontré, mardi 5 avril 2011, à l’école nationale d’administration (ENA), les membres des comités exécutifs des syndicats pour échanger sur les réformes de l’administration publique ainsi que d’autres questions y afférentes.

La ministre Sendazirasa a laissé entendre que la réforme de l’administration publique a commencé depuis 2009 avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux comme le Pnud, la Banque mondiale, l’Union européenne… Il y a eu la mise en place d’un comité d’appui à la réforme de l’administration publique qui est un sous groupe de la bonne gouvernance dans le cadre de la coordination des aides. Ces différents partenaires font partie de ce comité d’appui. Il y a d’ailleurs beaucoup de composantes de la réforme qui sont déjà prises en change par les partenaires à cette réforme.

Le logiciel de la carrière « paie » est disponible

Elle a ajouté que tous les partenaires sont sensibilisés pour la réforme de l’administration publique. Il y a un indicateur qui est clair et qui motive les partenaires pour soutenir la réforme. La Fonction publique a pu nettoyer les fictifs après le premier recensement qui a coûté au trésor public plus ou moins un milliard de nos francs par an. Elle a précisé qu’on va reprendre ce recensement pour nous permettre de pouvoir nettoyer davantage en vue d’avoir les vrais fonctionnaires qui touchent le juste salaire avec le nouveau logiciel de la carrière « la paie ».

Encourager le secteur privé

Elle a porté à la connaissance de l’opinion publique que la Fonction publique est bien saturée. Avec la paie du mois de mars 2011, la Fonction publique a payé 76 055 agents de l’Etat. Ce nombre est énorme, selon elle. Ainsi, elle compte sur les bonnes volontés pour qu’elles comprennent qu’on a besoin d’un soutien pour promouvoir les initiatives privées.

La Fonction publique envisage qu’il y ait un fonds qui puisse prendre en charge les initiatives privées. Celles-ci peuvent créer des activités génératrices de revenus et vivre mieux qu’à la Fonction publique. Les syndicalistes ont surtout orienté leurs interventions sur l’harmonisation des salaires, sur les impôts et le rapport entre l’office national des pensions et risques professionnels (ONPR) et l’Institut national de sécurité sociale (INSS). Ils ont dit qu’il ne faut pas parler de l’harmonisation des salaires des fonctionnaires, mais plutôt de l’harmonisation des salaires des agents de l’Etat. Et de préciser que les impôts deviennent un casse-tête pour les fonctionnaires. Ils estiment qu’il faut expliquer la formule appliquée pour le calcul de ceux-ci.

La ministre Sendazirasa a répondu que le terme harmonisation des salaires n’est pas approprié. Il est plutôt question de parler de la politique salariale. A propos des impôts, elle a noté que c’est une question qui sera étudiée au niveau du conseil national du travail. Elle a, enfin, fait remarquer que le régime de l’ONPR est meilleur par rapport à celui de l’INSS dans la mesure où le premier s’ajuste d’année en année.



Main menu 2

Article | by Dr. Radut