Web
Analytics Made Easy - StatCounter
Jump to Navigation

LANCEMENT DES ACTIVITES DU SECRETARIAT EXECUTIF PERMANENT DU COMITE NATIONAL DE DIALOGUE SOCIAL (SEP/CNDS) ET DE LA VULGARISATION DE LA CHARTE NATIONALE DE DIALOGUE SOCIAL.

Le lundi 11 mars 2014, le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale (MFPTSS) a procédé dans les enceintes de l’hôtel San Safari, au lancement officiel des activités  du SEP/CNDS et de la vulgarisation de la Charte Nationale de Dialogue Sociale.

Dans son mot d’accueil, le Président du CNDS a remercié  de tout son cœur tous les participants à ce lancement, elle a vivement présenter ses vifs remerciements à l’endroit  de Mme la Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité  Sociale qui a bien voulu rehausser de sa présence ces cérémonies  et qui n’a ménagé aucun effort pour soutenir toutes les initiatives ayant permis l’élaboration  et la signature de la Charte nationale de Dialogue Social, document de base pour la promotion d’une culture du dialogue  en milieu du travail. Elle a fait savoir que la nomination par son excellence le Président de la République  du Burundi du Comité National de Dialogue Social, la mise en place du SEP/ CNDS ainsi que l’insertion dans la loi des finances d’une ligne budgétaire dédiée au fonctionnement du SEP/CNDS est un  signe éloquent d’une forte volonté politique en faveur d’une paix sociale  source d’un développement durable. Elle n’a pas manqué de révéler la vision du SEP/CNDS à savoir : « un Burundi ou règne une paix sociale durable grâce a un partenariat tripartite proactif pour une productivité accrue et un travail décent ».

Elle a terminé son allocution en présentant  les remerciements à l’endroit du Gouvernement du Burundi qui a assuré exclusivement  le financement  de cette campagne de diffusion de la Charte Nationale de Dialogue Social ainsi qu’à tous leurs partenaires, particulièrement   le BIT pour le financement d’une mission de renforcement des capacités au Sénégal.

Prenant la parole, le représentant du Bureau International du Travail (BIT) a sans ambages remercié le Gouvernement du Burundi pour cette initiative louable n’ayant d’autre but que de contribuer au développement durable du pays via un climat apaisé au monde du travail. Il également a salué le dynamisme et le leadership de Madame la Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale (MFPTSS) et a réitéré l’engagement du BIT à continuer à accompagner les meilleures initiatives du MFPTSS.

Dans son mot d’ouverture, Madame la Ministre de la FPTSS a  profondément remercié tous ceux qui ont répondu à l’invitation, un signe éloquent de l’importance qu’ils accordent au dialogue social et de la place qu’ils réservent à la paix sociale pour notre pays. Madame la Ministre a fait savoir qu’en sa qualité de membre de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le Burundi a adopté la Déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail, et les quelques réalisations suivantes témoignent d’une volonté politique remarquable : le Conseil National du Travail qui est un cadre tripartite de dialogue où se discute toutes les questions en rapport avec le milieu du travail ; l’adoption de la Charte Nationale de Dialogue Sociale qui est en réalité la bible en matière de dialogue social et ; la mise en place du Comité National de Dialogue Social et la nomination des membres qui la compose ; ce dernier constitue un organe de prévention et de résolution de conflits par excellence par la voie de l’auto-saisine et par sa saisine  des milieux connaissant des conflits. Ella a en outre précisé qu’en Afrique les pays qui ont mis en place un cadre national de dialogue social comme le notre se comptent à bout des doigts. 

Elle a également précisé que la mise en place du SEP/CNDS est une concrétisation effective de la collaboration entre le Gouvernement et ses partenaires sociaux, et que dorénavant il est disposé à recevoir les plaintes des parties en conflit avant leur transmission au CNDS pour résolution, et a profité de l’opportunité pour lancer un appel aux partenaires sociaux l’exploitation de cette nouvelle structure.   Elle a également désillusionné ceux qui pensent que les conflits sociaux cesseront au regard de cette étape franchie via les efforts conjugués du Gouvernement et ses partenaires sociaux ; mais  plutôt que naturellement le dynamisme crée chaque fois des besoins d’ajustements ayant plusieurs sources : l’évolution technologique ; la perte de valeur réelle des salaires suite aux variations des conjonctures économiques et, les nouvelles obligations en fiscalité, etc. Et d’ajouter que le rôle premier d’un cadre national de dialogue social n’est pas celui de faire disparaitre les conflits sociaux en milieu du travail, mais de savoir anticiper sur eux et de trouver des solutions adéquates et durables en acceptant de se mettre autour d’une table pour discuter, tout en sachant que le but de la discussion ne doit pas être la victoire mais l’amélioration.

Avant de terminer son allocution, elle a indéniablement remercié les différents partenaires qui ne cessent d’appuyer le Gouvernement du Burundi et les partenaires sociaux dans leur ferme volonté de garantir la paix sociale par le dialogue social. Mais hélas, elle a présenté des gratitudes particulières à l’endroit du BIT qui a toujours été du côté du  Ministère chaque fois qu’il lui a tendu la main.

Notons pour toutes fins utiles que des recommandations ont été dégagées à l’issu,  entre autres : la modification de l’appellation du Ministère de tutelle pour y incorporer le Dialogue social pour assurer plus de visibilité à cet aspect ; au CNDS de se saisir de la question des affiliations forcées de certaines catégories de fonctionnaires à des syndicats déterminés afin d’y mettre fin le plus rapidement possible parce que cette pratique a tendance à se généraliser ; de mener des études pour évaluer le niveau de satisfaction des usagers des services des prestataires en matière de sécurité sociale ; d’intégrer le CNDS dans les textes de lois qui attribuent la compétence de résolution des conflits (conflits sociaux) différends de travail notamment le code du travail en révision et le statut général des fonctionnaires et ; au CNDS de collaborer avec le conseil économique et social afin d’harmoniser les plans d’action des deux organes pour éviter les doublons et autres doubles emplois.



Main menu 2

Article | by Dr. Radut